Un peu plus sur Alma

La charte de l'association

Mobiliser la communauté internationale et le gouvernement Kazakh pour la préservation du patrimoine Malus sieversii
Œuvrer à la sauvegarde in situ et ex situ de Malus sieversii
Promouvoir les relations scientifiques France-Kazakhstan
Créer un fond de conservation de la collection Djangaliev
Veiller à la valorisation de Malus sieversii dans un cadre durable et éthique
Informer le grand public, les écoles et les universités au travers de films, expositions et conférences

Alma au kazakhstan

Les pommiers sauvages du Tian Shan, appelés Malus sieversii, colonisent les piémonts des hautes montagnes jusqu’à plus 2500 mètres d’altitude. Les arbres et leurs fruits, d’une diversité insoupçonnée et soumis à des conditions pédoclimatiques extrêmes (aridité, températures oscillant entre -50° à +50°etc), sont uniques dans l’histoire des fruitiers. Apparus il y a plus de 25 millions d’années, leur lente évolution depuis l’ère tertiaire, dans des écosystèmes particuliers décrit dans le film de Catherine Peix, laisse encore un héritage spectaculaire, quoique extrêmement vulnérable. 70% des forêts ont disparu au XXème siècle en raison de l’impact des activités humaines, processus qui a démarré à l’époque Soviétique, par une déforestation intensive sous le régime de Staline, qui s’est aggravée depuis l’indépendance par l’urbanisation, les incendies criminels, la corruption, etc. dans l’indifférence générale. Le Kazakhstan est encore ignorant de l’existence de ces forêts et de leur unicité. La création récente de parcs nationaux dans certains endroits limite leur disparition.

La vocation première de l’association est donc d’œuvrer à la sauvegarde de cette espèce sauvage ainsi que de protéger et poursuivre l’héritage scientifique du professeur Djangaliev par un travail de sensibilisation auprès des responsables politiques kazakhs et par des actions pédagogiques auprès de la société civile, des universités, des écoles, des parcs. Cette action s’accompagne d’un travail scientifique de recensement des populations de pommiers Malus sieversii dans les forêts.

Alma en france

En France, nous sommes héritiers d’un patrimoine de variétés anciennes cultivées depuis l’Antiquité dont la diversité et la résistance aux maladies témoignent d’un très fort potentiel génétique. Elles ont été négligées depuis la Seconde Guerre Mondiale au profit de quelques variétés modernes, traitées massivement par les pesticides, qui ont pris aujourd’hui la quasi totalité de la production et des parts de marché, aussi bien en France que dans le monde.

Le film et les conférences de la réalisatrice, qui révèlent la filiation entre Malus sieversii et les variétés anciennes de nos terroirs, invitent à une réflexion sur la biodiversité cultivée comme alternative au modèle dominant de l’arboriculture industrielle et des traitements phytosanitaires qu’elle impose.

Des actions pédagogiques, accompagnées du film et d’expositions sensibilisant à cette problématique et aux conséquences sanitaires auxquelles nous sommes confrontés, sont proposées et se sont déroulées en France et en Europe depuis 2011, dans les parcs régionaux, les associations telles Les Croqueurs de Pommes,
Les Mordus de la pomme, les lycées, collèges, IUT, universités, mairies, conseils régionaux, etc. (cf. rubrique  NOUS AGISSONS)