Oui ! Nous sommes toujours à la recherche de bénévoles dans des domaines aussi variés que la recherche de financements, le travail administratif de l’association, l’organisation des évènements, les traductions du russe à français (indispensables au travail au Kazakhstan) ainsi que dans la communication au travers des réseaux sociaux. Votre aide est très précieuse car nous ne percevons aucun financement des institutions européennes et françaises.

Vous pouvez vous procurer le film auprès de la société de production et de distribution KRI-KOR films, et ce pour une utilisation dans un cadre privé familial. Toute projection publique, qu’elle soit gratuite ou payante doit faire l’objet d’une demande de cession de droit. Pour cela, n’hésitez pas à nous contacter aux adresses suivantes : contact@krikorfilms.com ou catherinepeix@gmail.com

Oui ! De plus, organiser une exposition photographique ou une conférence est un soutien indéniable pour l’association ALMA. Cela permet dans un premier temps de sensibiliser le public à la fragilité de l’équilibre des forêts primaires du Kazakhstan et de poursuivre la mission de sauvegarde de son patrimoine. Dans un second temps, une location de tirages photographiques ou une rémunération pour une intervention est un soutien financier indispensable à l’association ; avec cet argent, l’association peut organiser de nouvelles missions de reforestation in situ, mettre à jour la géolocalisation des espèces, intervenir dans les écoles, lycées et bien d’autres choses encore.
Si cela vous intéresse, n’hésitez pas à nous contacter (catherinepeix@gmail.com) ou à vous rendre sur la page Nous solliciter de notre site internet.
L’association ALMA vous remercie pour votre intérêt.

Non. En aucun cas l’association Alma n’a la vocation de distribuer des ressources génétiques de quelque natures qu’elles soient.
Concernant Malus sieversii : celles-ci sont la propriété du Kazakhstan et l’association Alma s’associe aux lois en vigueur du pays concernant le transfert interdit de matériel génétique.
À savoir:
Nous avons repéré des échanges ou des ventes de pépins avec comme appellation Malus sieversii. Il convient d’être extrêmement prudent car il n’y a aucune traçabilité aujourd’hui garantissant d’avoir un Malus sieversii et ce quelque soit sa provenance.
Il faut savoir qu’un pépin est le fruit d’une reproduction sexuée, donc d’un croisement avec du pollen qui peut provenir de n’importe quel arbre, la plupart du temps d’une variété cultivée. Non seulement l’individu qui en découle n’est pas identique aux parents porteurs du fruit, mais la plupart du temps il est un hybride entre deux espèces différentes : l’espèce Malus sieversii et l’espèce Malus domestica, variété X.
On ne peut donc pas scientifiquement et éthiquement l’attribuer à l’espèce Malus sieversii.
L’association Alma ne soutient pas les trafics éventuels de pépins en France.